Confirmer la suppression?

La cuisson basse température

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous intéresser de près au contenu de notre assiette. Les préoccupations sanitaires et l’envie de vivre mieux et plus longtemps incitent à adopter une alimentation saine, à base de produits frais et de saison. Faire le plein de vitamines devient un réel plaisir et nous y allons tous de nos paniers de fruits et légumes colorés ! Mais saviez-vous qu’un brocoli cuit à l’eau perd 57 % de sa vitamine C après cinq minutes de cuisson seulement1 ? Quel gâchis, n’est-ce-pas ?

Pas de panique, il existe une solution toute simple pour préserver tous les bienfaits des aliments : il s’agit de la cuisson basse température.


La cuisson basse température…c’est-à-dire ?


La majeure partie des modes de cuisson implique des températures allant de 95°C dans le meilleur des cas avec la vapeur douce, jusqu’à 220°C au four. Autant dire qu’elles atteignent des sommets ! Or, soumis à de telles conditions, les nutriments qui sont des éléments très fragiles se dégradent considérablement, voire disparaissent totalement. De plus, les aliments subissent des réactions chimiques que l’on appelle « réactions de Maillard », du nom du chimiste qui les a découvertes au début du siècle dernier. Ces interactions entre les différents nutriments entraînent la formation de substances pouvant être nocives pour l’organisme.

Le principe de la cuisson basse température est celui de cuire les légumes, viandes ou autres poissons à une température oscillant entre 65 et 80°C. Ce peut être une cuisson au four ou à feuvtrès doux dans des faitouts, poêles et sauteuses aux parois épaisses, fermés par un couvercle.

La préparation dans son récipient clos hermétiquement produit de la vapeur qui condense et retombe en fines gouttelettes. De plus, la montée en température est progressive du fait de l’épaisseur des ustensiles, ce qui évite le choc thermique. Une fois la température atteinte, on éteint la source de chaleur et on laisse l’inertie faire tout le travail !

Préserver l’essentiel…

Vous l’aurez compris, la grande force de la cuisson basse température est qu’elle vous permettra de profiter au mieux des vitamines et minéraux de vos bons petits plats. En outre, elle préserve toutes les qualités organoleptiques des aliments, contrairement à la cuisson « haute température » qui dénature totalement les produits. La cuisson basse température, elle, apporte bien plus de goût, sans rien ajouter et sans rien assécher. Saveurs, couleurs et textures sont ainsi délicatement conservées.

…mais pas que !

La cuisson à basse température est à adopter d’urgence car elle permet non seulement une cuisine saine et savoureuse, mais également, cerise sur le gâteau… économique ! En effet, la basse température c’est moins d’énergie consommée, moins de pertes de volume des aliments et pas de superflu : exit les matières grasses, l’eau, les exhausteurs de goût, etc.


Alors, envie de vous lancer ? C’est vrai, la cuisson basse température nécessite quelques aménagements (des ustensiles adaptés et un « coup de main » à prendre), mais nul doute que vous vous ferez à cette autre manière de cuisiner en deux coups de cuillère à pot. Et quand vous constaterez par vous-même tous ses atouts, c’est certain, vous ne pourrez plus vous en passer !