Confirmer la suppression?

Cuisiner les fanes et les épluchures

Nouvelle vague ou retour aux sources ? Les épluchures ont la côte ! Elles inspirent des auteurs culinaires, des chefs et même des émissions de TV à heure de grande écoute ! Lorsque l’on sait qu’au minimum,  38 kilos de nourriture sont jetés chaque seconde à la poubelle en France(1), l’une des solutions à mettre en œuvre, sans doute la plus simple, consiste à réduire ces détritus. Divers moyens existent, en voici un.

 

 

Protégeons la planète en réutilisant des épluchures

Dans nos poubelles, on trouve en grand nombre les reliefs -ou restes- de fruits et légumes : peaux, épluchures, tiges, fanes, noyaux, pépins, cosses, racines, côtes... Ces “épluchures” sont la plupart du temps jetées sans vergogne alors qu’il s’agit, ô paradoxe, pour leur grande majorité... de denrées comestibles !

Réduire le volume de nos poubelles en cuisinant certains déchets, en mangeant des “pelures”, c’est faire preuve d’originalité et de créativité, étonner les siens, réaliser des économies, se régaler, faire le plein de vitamines et de nutriments, limiter le gaspillage, prendre soin de la planète... Voici quelques pistes pour vous aider à vous lancer et commencer avec des recettes simples, goûteuses.

Réutiliser les fanes et épluchures pour votre jardin

Certains d’entre vous penseront peut être que les épluchures, c’est fait pour avoir un compost et pouvoir engraisser la terre de son jardin afin de faire pousser de bons légumes. Il est certain que, quand on a la possibilité de pouvoir le faire, un compost est une chance pour le jardin ! D’autres encore nourriront poules et lapins avec. La peau des bananes fait un merveilleux engrais pour les rosiers (plus particulièrement) et leur permet de mieux résister aux pucerons, il suffit d’enterrer une ou deux peaux de banane au pied des rosiers et de laisser faire la nature.

Comment cuisiner les épluchures ?

Tout d’abord, est-il utile de préciser que pour consommer ces épluchures, il est préférable d’utiliser des légumes bio, en tout cas, non traités ? Savez-vous également qu’il n’est pas toujours nécessaire d’éplucher les fruits et légumes lorsque vous les cuisiner ?

Les carottes nouvelles ont une peau si tendre et si fine qu’il n’est pas nécessaire de les peler : frottez-les simplement avec une brosse à légumes. La peau des potimarrons est gorgée de provitamine A, elle est très fine et souple une fois cuite et se mixe comme le reste pour faire un velouté ou une purée. La peau des pommes est, elle, riche en pectine (bon pour les intestins), et les courgettes ne sont-elles pas plus jolies parées de leur jolie robe verte ? Gardez ces épluchures et vous gagnerez du temps, du travail et des nutriments !

Sans oublier

Parmi les restes de fruits et légumes, les plus simples à réutiliser sont les fanes de radis, navet, carotte, céleri, vert des cébettes ou des poireaux. Vous pourrez les cuisiner en quiche, tarte, pesto, soupe, gratins, flans et omelettes, et même incorporés en petite touche dans une salade verte.

Les tiges d’herbes aromatiques (persil, coriandre, thym, romarin....) parfumeront un bouillon, une soupe ou une cuisson en cocotte, même chose avec les coques extérieures du fenouil et les premières feuilles du poireau. Pensez-y aussi pour les premières feuilles des salades, des choux.

Les zestes d’agrumes (c’est là que se cache leur huile essentielle), découpés en larges bandes, deviennent de délicieuses infusions très parfumées, pleines de bienfaits : à vous les mélanges badiane-orange, citron-gingembre et sarriette, pamplemousse-romarin, mandarine- verveine-rose... Râpés finement, ils se mélangent à du sucre blond pour le parfumer délicatement et être éventuellement offert à un ami. Les gourmands éplucheront la peau entière pour la confire dans un sirop de sucre ou d’agave (à basse température) et agrémenteront leurs desserts et cafés gourmands.

Les noyaux (cerises, pêches, ..) deviennent des liqueurs ou des cordiaux.

La peau des pommes se prête à des infusions ou deviennent des chips (la peau des pommes de terre aussi). Certains congèlent les trognons afin de pouvoir en faire des gelées ou bien les utiliser dans des confitures quand les fruits manquent de pectine.

La peau des pastèques devient un condiment (pickle) ou une confiture une fois débarrassée de sa peau verte.

Les cosses font des bouillons, des veloutés savoureux (qu’il faudra filtrer avant de déguster), des beignets ou des tempura (ainsi que les autres épluchures d’ailleurs).

Au final, une montagne de nouvelles choses à essayer sans attendre !

Consultez nos recettes pour cuisiner les fanes

Gaspacho de fanes au radis
Potatoes skins
Tarte aux carottes, cantal et fanes
Chips de pomme à la cannelle

(1) Source Planetoscope.com


Le Livre : Je cuisine les fanes

Fanes et pluches : ne les jetez plus, cuisinez et mangez-les !

Fanes, épluchures, trognons à cuisiner ? Et oui, c’est bien le propos de ce livre qui présente des recettes mettant à profit « les déchets de cuisine » dans des plats simples, familiaux et peu couteux. Bien sûr, l’on n’utilisera que du frais, pour concocter des plats riches en vitamines : velouté de fanes de radis, gratin de vert de blettes aux noix de cajou ou tiges de betteraves confites ! Une autre façon de réduire le volume de nos poubelles...

De Olivier Degorce & Amandine Geers, collection Facile et Bio - éditions Terre Vivante - 96 pages- 12 €